Il y a un an

un peu avant

un peu après......

 

Nous voilà fin mars. 

Il y a un peu plus d'un an, c'était un déménagement. Depuis notre petite vie se joue dans le sud. Je dois dire que l'organisation tourne assez correctement. J'avais évoqué, en septembre de l'année dernière, les changements et les difficultés qui découlaient de la scolarisation de tous mes enfants. Au final, j'ai reussi à obtenir quelques jours de cantine en démontrant le pourquoi-du-comment je demandais des places en cantine.Depuis, l'organisation s'est rudement allégée, ce qui est mieux pour moi et pour les enfants. J'ai donc deux journées off. Du moins en théorie, vous savez aussi bien que moi qu'en ayant 4 enfants, les probabilités pour qu'un d'eux soit malade sont, comment dire, élevées! Mais bon, voilà, ca tourne et je profite pleinement de ca, car bien entendu, l'année prochaine sera une nouvelle étape! Avec une école maternelle et une école élémentaire qui ne sont pas du tout au même endroit, mais qui ont les mêmes horaires d'ouverture; sans compter sur le pb de la cantine qui se reposera.

 

Et puis il y a un peu moins d'un an, je profitais de qqs jours de repos dans la maison au volets bleus. C'est encore mon havre de tranquilité, que j'ai rejoint il n'y a pas moins d'une semaine. Quatre jours, trois nuits, calme repos, seule. Un repos dont, oui disons le, j'avais besoin. La malchance a voulu que j'attrappe la mononucléose pendant les vacances de février; alors je ne vous raconte pas la fatigue.....

 

Et en un an, les enfants ont grandi. En bonne santé. Gentils comme tout. J'en suis profondement heureuse. Mais qu'on ne me dise pas que "maintenant qu'ils sont plus grands, ce doit être tellement plus facile".... non, qu'on ne me dise pas ça. Il y a plus d'autonomie, oui. Du moins autant qu'on puisse en avoir à 3 ans, et 6 ans. Il y a moins de dépendance physique. On a passé le cap de la propreté par exemple, lourd moment! Mais on est maintenant dans une phase où l'apprentissage du vivre ensemble est le plus dur. C'est une réelle chance pour tous les 4 de grandir comme ça, avec des âges rapprochés voir égaux. Mais c'est aussi un lourd moment, car aucun d'eux n'est "raisonnable". J'interviens tout le temps. Je suis sollicitée tout le temps. Je suis demandée sans cesse. Et croyez moi, je suis plutôt partisanne du " je les laisse gérer eux même un peu, voir si la situation dégonfle toute seule", mais ce n'est pas si facile. Je suis fatiguée de cette implication, de cette sollicitation.  

Et quand le moral n'est pas là, quand je me plains, quand je trouve que tout ca est trop pour moi; et bien je vous assure qu'il n'est pas évident de voir que des personnes ne comprennent pas pourquoi ca ne va pas, limite je n'ai pas de quoi me plaindre. Alors je n'ai pas honte de le dire: de l'extérieur cette fratrie peut avoir l'air anodine, mais en terme d'organisation, de soutien, d'accompagnement et d'éducation, non ce n'est pas anodin. Oui c'est beaucoup de bonheur. Et oui, c'est dur.

 

Vous l'aurez compris, aujourd'hui a été un jour sans! Je n'aime pas donner l'image de la maman qui gère ca haut la main, je n'aime pas non plus donner l'image de la maman qui se plaint. Mais pour que l'image soit nette, il faut être honnête et montrer les 2. Ce n'est pas un coup de gueule, c'est juste le post d'une maman fatiguée, qui n'aime vraiment pas les journées comme celle-ci et qui aime ces enfants par dessus tout...... 

DSC_0129

 

passer la porte et espérer que demain soit meilleur!